CHAÎNES
PUBLICATIONS
MELS
NOUVELLES
Mobilité
Emploi

Communiqués de presse

GROUPE TVA ENREGISTRE UN BÉNÉFICE NET ATTRIBUABLE AUX ACTIONNAIRES DE 9,2 MILLIONS DE DOLLARS POUR SON QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2017

Le jeudi 1 mars 2018
Groupe TVA

Montréal, Canada – Groupe TVA inc. (« Groupe TVA » ou la « Société ») annonce qu’elle a enregistré un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 9,2 millions de dollars soit 0,21 $ par action au cours du quatrième trimestre de l’exercice 2017 comparativement à un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 5,7 millions ou 0,13 $ par action pour le trimestre correspondant de l’exercice 2016.

Faits saillants liés à l’exploitation du quatrième trimestre :

  • Bénéfice d’exploitation ajusté[1] consolidé de 22 968 000 $, soit une variation favorable de 984 000 $ (4,5 %) comparativement au trimestre correspondant de 2016;
  • Bénéfice d’exploitation ajusté1 du secteur télédiffusion et production de 16 232 000 $, soit une variation défavorable de 1 213 000 $ principalement attribuable à la baisse de 9,5 % du bénéfice d’exploitation ajusté1 du Réseau TVA;
  • Bénéfice d’exploitation ajusté1 du secteur magazines de 2 482 000 $, soit une variation favorable de 343 000 $ (16,0 %) découlant principalement de la mise en place de plans de rationalisation au cours des derniers trimestres ainsi que de la cessation de la publication de certains titres au cours de l’année 2016, compensées en partie par la baisse des produits d’exploitation;
  • Bénéfice d’exploitation ajusté1 du secteur des services cinématographiques et audiovisuels (« MELS ») de 4 254 000 $, soit un écart favorable de 1 854 000 $ essentiellement attribuable à l’augmentation du bénéfice d’exploitation ajusté1 des activités de location de studios et d’équipements ainsi qu’à la diminution de la perte d’exploitation ajustée1 des activités d’effets visuels, compensées en partie par la diminution des résultats d’exploitation ajustés1 des activités de postproduction.

« Nous sommes satisfaits des résultats obtenus pour le dernier trimestre de notre exercice financier. Le secteur télédiffusion et production a été affecté par un ajustement négatif des revenus des chaînes spécialisées de la Société notamment par un ajustement suite à la décision du CRTC quant au tarif à payer par Bell pour la distribution de la chaîne « TVA Sports ». Malgré tout, les revenus publicitaires de nos chaînes spécialisées ont poursuivi leur croissance avec une hausse de 9,8 % comparativement au trimestre correspondant de 2016. Les parts de marché totales de Groupe TVA ont connu une croissance de 0,9 part[2] atteignant 36,4 parts pour le quatrième trimestre de 2017 comparativement à 35,5 parts pour la même période de 2016. Le Réseau TVA s’accapare 24,3 parts de marché avec sept émissions ayant obtenu un auditoire de plus d’un million de téléspectateurs dont la grande finale de La Voix Junior qui a rejoint jusqu’à 2 476 000[3] téléspectateurs », a commenté Madame France Lauzière, présidente et chef de la direction de la Société.

« Dans le secteur des magazines, les différents plans de rationalisation mis en place au cours des derniers trimestres ont permis au secteur de dégager un bénéfice d’exploitation ajusté1 en croissance et une marge bénéficiaire de 10,3 %. Durant le dernier trimestre, les titres de TVA Publications se sont une fois de plus illustrés en remportant six prix au concours « Canadian Online Publishing Awards ». Avec les prix remportés, les magazines Coup de Pouce, Elle Québec, Elle Canada et Clin d’œil confirment la pertinence de notre approche en matière de contenus numériques », a poursuivi Madame France Lauzière.

« Finalement, les résultats financiers du secteur des services cinématographiques et audiovisuels ont connu une croissance pour un troisième trimestre consécutif alimentée principalement par l’utilisation de nos studios et équipements par les producteurs locaux et internationaux. L’ensemble des services de postproduction, d’effets visuels et de distribution ont également affiché une croissance de leurs résultats d’exploitation ajustés1 comparativement au trimestre correspondant de 2016. De plus, nous sommes très fiers des quatre mises en nomination aux prix Écrans canadiens des productions Nous sommes les autres, Hochelaga, Terre des âmes et All You Can Eat Buddha dans les catégories Meilleurs effets visuels et Meilleur son d’ensemble et auxquelles les artisans de MELS ont contribué », a conclu Madame France Lauzière. 

 

Résultats pour l’exercice 2017

Pour l’exercice se terminant le 31 décembre 2017, le bénéfice d’exploitation ajusté1 consolidé de la Société s’est élevé à 66 381 000 $ comparativement à 45 401 000 $ pour l’exercice précédent, soit un écart favorable de 46,2 %. Le secteur télédiffusion et production a connu un écart favorable de 87,1 % tandis que le secteur magazines a connu une baisse de son bénéfice d’exploitation ajusté1 de 27,5 %, expliquée principalement par la baisse des produits d’exploitation. Le secteur des services cinématographiques et audiovisuels a connu une croissance de 57,7 % de son bénéfice d’exploitation ajusté1, principalement attribuable à un volume d’activités significativement plus élevé relativement à la location de studios et d’équipements. L’écart favorable de 19 488 000 $ du bénéfice d’exploitation ajusté1 du secteur télédiffusion et production est attribuable principalement à la diminution de 55,8 % de la perte d’exploitation ajustée1 de « TVA Sports », à l’augmentation de 4,3 % du bénéfice d’exploitation ajusté1 du Réseau TVA et à l’augmentation de 7,8 % du bénéfice d’exploitation ajusté1 des autres chaînes spécialisées.

Les produits d’exploitation consolidés se sont élevés à 589 707 000 $ pour l’exercice 2017 comparativement à 590 866 000 $ pour l’exercice précédent, soit une légère baisse de 0,2 %. Pour cette même période, la perte nette attribuable aux actionnaires de la Société a été de 15 951 000 $, soit une perte de 0,37 $ par action comparativement à une perte nette attribuable aux actionnaires de 39 855 000 $ ou une perte de 0,92 $ par action pour l’exercice 2016.

De plus, au cours du troisième trimestre 2017, la Société a alors reconnu une charge de dépréciation non monétaire de l’écart d’acquisition du secteur magazines de 29 993 000 $ dont 1 489 000 $ sans incidence fiscale (40 100 000 $ sans incidence fiscale en 2016) et une charge de dépréciation non monétaire de certains actifs incorporels de 12 412 000 $ dont 3 103 000 $ sans incidence fiscale (nil en 2016).

 

Définition

1 Bénéfice ou perte d’exploitation ajusté(e) (« Résultats d’exploitation ajustés »)

Dans son analyse des résultats d’exploitation, la Société définit le bénéfice (la perte) d’exploitation ajusté(e) comme le bénéfice net (la perte nette) avant l’amortissement des immobilisations et actifs incorporels, les charges financières, la dépréciation de l’écart d’acquisition et d’actifs incorporels, les frais de rationalisation des activités d’exploitation et autres, les impôts sur le bénéfice et la part du bénéfice dans les entreprises associées. Le bénéfice (la perte) d’exploitation ajusté(e), tel(le) que défini(e) ci-dessus, n’est pas une mesure des résultats définie conformément aux Normes internationales d’information financière (« IFRS »). Ce n’est pas non plus une mesure destinée à remplacer d’autres outils d’évaluation du rendement financier ou l’état des flux de trésorerie comme indicateur de liquidité. Cette mesure ne devrait pas être considérée isolément ou comme substitut aux autres mesures de rendement calculées selon les IFRS. La direction et le conseil d’administration de la Société utilisent cette mesure pour évaluer tant les résultats consolidés de la Société que les résultats des secteurs d’activités qui en font partie. Cette mesure élimine le niveau substantiel de dépréciation et d’amortissement des actifs corporels et incorporels et n’est pas affectée par la structure du capital ou par les activités d’investissement de la Société et de ses différents secteurs d’activités. En outre, le bénéfice (la perte) d’exploitation ajusté(e) est utile, car il (elle) constitue un élément important des régimes de rémunération incitative annuels de la Société. Signalons que la définition du bénéfice (de la perte) d’exploitation ajusté(e) adoptée par la Société peut différer de celle d’autres entreprises.

 

Téléconférence des investisseurs

Le 2 mars 2018, à 10h (HNE), aura lieu une téléconférence sur les résultats de Groupe TVA pour le quatrième trimestre et les résultats annuels 2017, avec une période de questions réservée aux analystes financiers. On peut y accéder en composant le 1-877-293-8052, code d’accès pour les participants 66581#. Une version enregistrée, en anglais seulement, sera disponible par la suite en composant le 1-877-293-8133, numéro de conférence 1228603# et code d’accès pour les participants 66581#, entre le 2 mars et le 2 juin 2018.

 

Mise en garde concernant l’information prospective

Les énoncés figurant dans le présent communiqué de presse qui ne sont pas des faits historiques peuvent constituer des énoncés prospectifs assujettis à des risques, à des incertitudes et à des hypothèses importantes connus et inconnus qui sont susceptibles d’entraîner un écart important entre les résultats réels de la Société dans des périodes futures et ceux qui figurent dans les énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs sont généralement reconnaissables à l’utilisation du conditionnel, à des expressions prospectives comme « proposer », « s’attendre à », « pouvoir », « anticiper », « avoir l’intention de », « estimer que », « prévoir », « désirer » ou « croire » ou la tournure négative de ces expressions ou de leurs variantes ou toute terminologie similaire. Au nombre des facteurs pouvant entraîner un écart entre les résultats réels et les attentes actuelles figurent la saisonnalité, les risques d’exploitation (y compris les mesures relatives à l’établissement des prix prises par des concurrents et les risques reliés à la perte de clients clés dans le secteur des services cinématographiques et audiovisuels), les risques liés aux coûts de contenu de la programmation et de production, le risque de crédit, les risques associés à la réglementation gouvernementale, les risques associés à l’aide gouvernementale, aux effets de la conjoncture économique et de la fragmentation du paysage médiatique, les risques reliés à la capacité d’adaptation de la Société face à l’évolution technologique rapide et aux nouvelles formes de diffusion ou de stockage ainsi que les risques liés aux relations de travail.

Les investisseurs et autres personnes devraient noter que la liste des facteurs mentionnés ci-dessus, qui sont susceptibles d’influer sur les résultats futurs, n’est pas exhaustive et éviter de se fier indûment à tout énoncé prospectif. Pour de plus amples renseignements sur les risques, incertitudes et hypothèses susceptibles d’entraîner un écart entre les résultats réels de la Société et les attentes actuelles, veuillez-vous reporter aux documents publics déposés par la Société qui sont accessibles à www.sedar.com et http://groupetva.ca y compris, en particulier, à la section « Risques et incertitudes » du rapport de gestion annuel de la Société pour l’exercice terminé le 31 décembre 2017 et la rubrique « Facteurs de risques » de la notice annuelle 2017 de la Société.

Les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse reflètent les attentes de la Société au 1er mars 2018 et sont sous réserve de changements pouvant survenir après cette date. La Société décline expressément toute obligation ou tout engagement de mettre à jour ces énoncés prospectifs, que ce soit en raison de nouveaux renseignements ou d’événements futurs ou pour quelque autre motif que ce soit, à moins que les lois sur les valeurs mobilières applicables le requièrent.

 

Groupe TVA

Groupe TVA inc., filiale de Québecor Média inc., est une entreprise de communication active dans l’industrie de la télédiffusion, de la production cinématographique et audiovisuelle ainsi que des magazines. Groupe TVA inc. est la plus importante entreprise de diffusion d’émissions de divertissement, d’information et d’affaires publiques de langue française en Amérique du Nord et une des plus grandes entreprises privées de production. L’entreprise est aussi la plus importante dans le secteur de l’édition de magazines francophones et publie plusieurs titres anglophones parmi les plus populaires au Canada. Ses actions classe B sont cotées à la Bourse de Toronto sous le symbole TVA.B. 

 

Source :

Denis Rozon, CPA, CA

Vice-président et chef de la direction financière

(514) 598-2808

 


[1] Voir la définition du bénéfice (de la perte) d’exploitation ajusté(e) ci-après.

2 Source : Numeris – Québec franco, 1er octobre au 31 décembre 2017, l-d, 2h-2h, t2+

[3] Source : Numéris – Québec franco, dimanche 19 novembre 19h00-21h00

Revenir à la liste des communiqués