CHAÎNES
PUBLICATIONS
MELS
NOUVELLES
Mobilité
Emploi

Communiqués de presse

GROUPE TVA ENREGISTRE UN BÉNÉFICE NET ATTRIBUABLE AUX ACTIONNAIRES DE 9,2 MILLIONS DE DOLLARS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE SE TERMINANT LE 30 JUIN 2014.

Le mardi 29 juillet 2014
Groupe TVA

Le 29 juillet 2014

Pour diffusion immédiate

GROUPE TVA ENREGISTRE UN BÉNÉFICE NET ATTRIBUABLE AUX ACTIONNAIRES DE 9,2 MILLIONS DE DOLLARS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE SE TERMINANT LE 30 JUIN 2014.

 

 

Montréal, Canada - Groupe TVA inc. (la « Société ») annonce qu’elle a enregistré un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 9,2 millions de dollars soit 0,39 $ par action au cours du deuxième trimestre de l’exercice 2014, alors qu’au trimestre correspondant de l’année 2013 le bénéfice net attribuable aux actionnaires avait été de 7,0 millions de dollars ou 0,29 $ par action.

 

Faits saillants liés à l’exploitation du deuxième trimestre

 

  •   Bénéfice d’exploitation ajusté[1] consolidé de 20 999 000 $ comparativement à 20 940 000 $ au trimestre correspondant de 2013.

 

  • Bénéfice d’exploitation ajusté du secteur de la télévision de 18 070 000 $, soit une variation défavorable de 1 074 000 $, expliquée principalement par :

 

o   la baisse du bénéfice d’exploitation ajusté du Réseau TVA découlant principalement de la baisse de 3,1 % des revenus publicitaires; 

 

compensée en partie par :

 

o   la baisse de la perte d’exploitation ajustée des services spécialisés directement attribuable à la hausse de 11,6 % des revenus d’abonnement.

 

  • Bénéfice d’exploitation ajusté du secteur de l’édition de 2 929 000 $, soit une variation favorable de 1 133 000 $, principalement attribuable à l’ajout des résultats d’exploitation du magazine « La Semaine » depuis le 18 juillet 2013 et aux réductions de dépenses résultant à la fois d’économies de coûts reliées au volume et au plan de rationalisation des charges d’exploitation mis en place au second trimestre de 2013.

« Les résultats financiers consolidés du deuxième trimestre de 2014 sont stables, même si pour le secteur de la télévision nous voyons, encore une fois, une tendance à la baisse des revenus publicitaires dans ce marché. Effectivement, en dépit d’une gestion serrée de nos dépenses d’exploitation, le bénéfice d’exploitation ajusté du secteur de la télévision a connu un recul par rapport au trimestre correspondant de 2013. Fort d’une programmation de qualité, le Réseau TVA réussi à demeurer en tête par rapport à ses concurrents généralistes avec ses 21,4 parts de marché. Nos services spécialisés ont également connu d’excellentes cotes d’écoute, leur permettant de gagner ensemble 1,1 part au cours du trimestre. Nous sommes très fébriles à l’approche du lancement officiel des matchs de la Ligue nationale de hockey et sommes fiers de voir l’intérêt grandissant des téléspectateurs pour TVA Sports », a commenté monsieur Pierre Dion, président et chef de la direction de la Société.

 « Le secteur de l’édition continue de bénéficier des impacts positifs provenant de l’acquisition du magazine « La Semaine ». Grâce à l’ensemble des actions accomplies au niveau de ce secteur et à l’ajout de cette dernière acquisition, les revenus de ce secteur d’exploitation ont connu une croissance de 11,2 % au cours du deuxième trimestre et le bénéfice d’exploitation ajusté a cru de 63,1 % comparativement au trimestre correspondant de 2013 », a conclu monsieur Pierre Dion.

Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation générés au cours du trimestre ont été de 16,1 millions de dollars comparativement à des flux de trésorerie de 10,7 millions de dollars au cours du trimestre correspondant de 2013. Cette hausse s’explique essentiellement par la variation favorable reliée aux créditeurs et charges à payer ainsi qu’au bénéfice net, compensée en partie par l’écart défavorable au niveau des impôts exigibles et des débiteurs.

 

Deux nouveaux administrateurs au conseil d’administration

Par ailleurs, Groupe TVA est heureux d’annoncer la nomination de madame Annick Mongeau et de monsieur Jacques Dorion au  conseil d’administration de la Société. Pour sa part, monsieur Denis Rozon, qui avait été nommé administrateur le 6 mai dernier, a quitté son siège au Conseil.

« La force d’un conseil d’administration réside dans le savoir-faire et l’expertise de chacun de ses membres. Nous sommes donc très fiers d’accueillir madame Mongeau au sein de notre conseil et de pouvoir bénéficier à nouveau de l’expérience de Jacques Dorion. Leurs grandes expertises dans les domaines des communications et du développement des affaires sont des atouts indéniables pour le développement de notre entreprise. Nous ne pouvons que souligner leur engagement auprès de Groupe TVA et les en remercier », a déclaré la présidente du conseil d’administration madame Sylvie Lalande.  

Madame Annick Mongeau, ASC, possède une vaste expertise dans le domaine des communications et des affaires publiques. Depuis 2008, elle est présidente fondatrice du cabinet Annick Mongeau, gestion d’enjeux et affaires publiques inc. Au cours de sa carrière, elle a occupé divers postes de direction dans ses domaines d’expertise, notamment à l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires. Elle détient un baccalauréat en communication et sciences politiques, en plus d’un certificat universitaire en gouvernance des sociétés. Elle est présidente du conseil d’administration du Centre communautaire Hochelaga depuis 2012.

Monsieur Jacques Dorion est actif dans le domaine des médias depuis 30 ans et détient une maîtrise en administration des affaires. Il est président de la firme Media Intelligence inc. depuis 2013. Possédant une forte fibre entrepreneuriale, il a fondé en 1979 une entreprise spécialisée en analyse et en recherche média, Stratégem inc. En 1998, il s’est associé au groupe international Carat, propriété de la société britannique publique Aegis, où il a occupé le poste de président et chef de la direction de Carat Canada puis celui d’Aegis Media Canada. Comme consultant ayant une expertise profonde des besoins des annonceurs canadiens, il a contribué à plusieurs études de marché sur l’avenir de la publicité télé et radio au Canada. M. Dorion est membre du conseil d’administration de Radio Nord.

 

Définition

Bénéfice ou perte d’exploitation ajusté(e)

Dans son analyse des résultats d’exploitation, la Société définit le bénéfice (la perte) d’exploitation ajusté(e) comme le bénéfice net (la perte nette) avant l’amortissement des immobilisations et actifs incorporels, les charges financières, les frais de rationalisation des activités d’exploitation, dépréciation d’actifs et autres, les impôts sur le bénéfice et la part de la perte (du bénéfice) dans les entreprises associées. Le bénéfice (la perte) d’exploitation ajusté(e), tel(le) que défini(e) ci-dessus, n’est pas une mesure des résultats définie conformément aux Normes internationales d’information financière (« IFRS »). Ce n’est pas non plus une mesure destinée à remplacer d’autres outils d’évaluation du rendement financier ou l’état des flux de trésorerie comme indicateur de liquidité. Cette mesure ne devrait pas être considérée isolément ou comme substitut aux autres mesures de rendement calculées selon les IFRS.

La direction et le conseil d’administration de la Société utilisent cette mesure pour évaluer tant les résultats consolidés de la Société que les résultats des secteurs d’activités qui en font partie. Cette mesure élimine le niveau substantiel de dépréciation et d’amortissement des actifs corporels et incorporels et n’est pas affectée par la structure du capital ou par les activités d’investissement de la Société et de ses différents secteurs d’activité. En outre, le bénéfice (la perte) d’exploitation ajusté(e) est utile, car il constitue un élément important des régimes de rémunération incitative annuels de la Société. Signalons que la définition du bénéfice (de la perte) d’exploitation ajusté(e) adoptée par la Société peut différer de celle d’autres entreprises.

Mise en garde concernant l’information prospective

Les énoncés figurant dans le présent communiqué de presse qui ne sont pas des faits historiques peuvent constituer des énoncés prospectifs assujettis à des risques, à des incertitudes et à des hypothèses importantes connus et inconnus qui sont susceptibles d’entraîner un écart important entre les résultats réels de la Société dans des périodes futures et ceux qui figurent dans les énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs sont généralement reconnaissables à l’utilisation du conditionnel, expressions prospectives comme « proposer », « s’attendre à », « pouvoir », « anticiper », « avoir l’intention de », « estimer que », « prévoir », « désirer » ou « croire » ou la tournure négative de ces expressions ou de leurs variantes ou toute terminologie similaire. Au nombre des facteurs pouvant entraîner un écart entre les résultats réels et les attentes actuelles figurent la saisonnalité, les risques d’exploitation (y compris les mesures relatives à l’établissement des prix prises par des concurrents), le risque lié aux coûts de contenu de la programmation et de production, le risque de crédit, les risques associés à la réglementation gouvernementale, les risques associés à l’aide gouvernementale, aux effets de la conjoncture économique et de la fragmentation du paysage médiatique ainsi que les risques liés aux relations de travail. Les investisseurs et autres personnes devraient noter que la liste des facteurs mentionnés ci-dessus, qui sont susceptibles d’influer sur les résultats futurs, n’est pas exhaustive et éviter de se fier indûment à tout énoncé prospectif. Pour de plus amples renseignements sur les risques, incertitudes et hypothèses susceptibles d’entraîner un écart entre les résultats réels de la Société et les attentes actuelles, veuillez vous reporter aux documents publics déposés par la Société qui sont accessibles à www.sedar.com et http://groupetva.ca y compris, en particulier, à la section « Risques et incertitudes » du rapport de gestion annuel de la Société pour l’exercice terminé le 31 décembre 2013.

Les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse reflètent les attentes de la Société au 29 juillet 2014 et sont sous réserve de changements pouvant survenir après cette date. La Société décline expressément toute obligation ou tout engagement de mettre à jour ces énoncés prospectifs, que ce soit en raison de nouveaux renseignements ou d’événements futurs ou pour quelque autre motif que ce soit, à moins que les lois sur les valeurs mobilières applicables le requièrent.

Groupe TVA

Groupe TVA inc., filiale de Québecor Média inc., est une entreprise de communication intégrée active dans la création, la production, la diffusion et la distribution de produits audiovisuels ainsi que dans l’édition de magazines. Groupe TVA inc. est la plus importante entreprise de diffusion d’émissions de divertissement, d’information et d’affaires publiques et d’édition de magazines de langue française en Amérique du Nord et une des plus grandes entreprises privées de production. Ses actions classe B sont cotées à la Bourse de Toronto sous le symbole TVA.B. 

 

Pour renseignements

Au sujet des résultats financiers :                           

Denis Rozon, CPA, CA                                              

Vice-président et chef de la direction financière        

T : 514 598-2808                                                      

                                                                                   

Au sujet des nouveaux administrateurs :

Véronique Mercier

Vice-présidente, Communications

 T : 514 598-3972

veronique.mercier@tva.ca

 


[1] Voir la définition du bénéfice (de la perte) d’exploitation ajusté(e) ci-après.

Revenir à la liste des communiqués